Vous êtes peut-être dans une optique de vouloir (re)faire votre site Web et vous devez établir un cahier des charges, seulement les mots techniques vous manquent pour expliquer vos besoins ou alors vous aimeriez comprendre ce que vous présente le développeur en face de vous. Voici donc une liste de mots ou expressions indispensables et non exhaustive, à connaître pour ceux qui s’intéressent à ce domaine. Ce glossaire regroupe des termes et leurs définitions, relatifs aux outils, aux tâches, aux supports, etc. des développeurs.

API : (Application Programming Interface) il s’agit d’un ensemble de fonctions qui permettent d’accéder aux services d’une application, via un langage de programmation.

Back-end / Front-end : en travaillant en front-end, un développeur prend principalement en charge la création d’une interface claire et simple pour les internautes. Inversement, le développeur back-end interviendra principalement sur le back-office ainsi que sur tous les éléments d’un projet web qui sont « invisibles », mais indispensables lorsque l’on navigue sur un site Internet.

Back-office : terme qui désigne la partie administrative d’un site web (également appelé CMS).

Backup : sauvegarde.

Balises : partie de code de programmation destinée à la création et à la structure d’une page internet, ou utilisée par les moteurs de recherche afin de mieux analyser un élément.

Base de données : ensemble de données propres à un domaine déterminé, et organisées de manière à pouvoir être facilement retrouvées et mises à jour. Quand elle est informatisée, la base de données se matérialise par un ou plusieurs fichiers, qui sont gérés par un logiciel spécialisé.

Blog : site Web caractérisé par la publication régulière de billets ou de « post », à l’image d’un journal de bord. Le blogueur (rédacteur qui tient le blog) y rédige un contenu souvent textuel, enrichi d’hyperliens et d’éléments multimédias, sous lequel chaque lecteur peut généralement apporter des commentaires.

Codage : action réalisée par un programmeur qui écrit le code source d’un programme et le compile.

Code source : Version d’un programme que l’humain peut comprendre. En d’autres termes, les instructions du programme sont rédigées dans un langage de programmation créé et maîtrisé par l’homme. Inversement, le code exécutable est la version compilée du code source, qui prend la forme d’une suite de codes binaires compréhensible de l’ordinateur seulement.

Compiler : générer le code exécutable d’un programme à partir du code source.

Développer : réaliser une application ou un site web.

Feature : Fonctionnalité d’une application ou d’un site web en développement.

Framework : ensemble d’outils et de composants logiciels à la base d’un logiciel ou d’une application. C’est le framework (structure logicielle en français) qui établit l’ensemble ou une partie des fondations d’un logiciel ou son squelette. Il existe aujourd’hui différents types de frameworks.

DE : Logiciel de développement utilisé pour réaliser le code source, compiler, lancer des tests… C’est l’outil principal qu’utilise tous les jours un développeur.

Intégration : consiste à réunir au sein d’un même système d’information, des parties développées de façon séparées. L’intégration peut également consister à la tâche effectuée par le développeur Front-End (aussi appelé intégrateur).

Langages de programmation : langage permettant de formuler des algorithmes et de produire des programmes informatiques qui appliquent ces algorithmes. Parmi les langages les plus utilisés, citons par exemple Java, JavaScript, PHP, SQL, J2EE, HTML, .NET…

Mise en production : mise en place d’une application informatique dans son contexte réel d’utilisation (environnement technique et logiciel) ainsi que de tous les éléments requis pour son exploitation et sa pérennité.

Plug-in : extension qui ajoute des fonctionnalités aux logiciels. Ces programmes complémentaires permettent par exemple aux navigateurs de lire certains formats d’image, de vidéo, d’animation ou de son, etc.

Programme : ensemble d’instructions effectuant des actions sur un ordinateur. L’organisation des instructions est conçue et rédigée par un programmeur dans un langage de programmation.

Programmer : réaliser un programme informatique. La phase de programmation n’inclut généralement que les actions de codage, et non celles de conception ou de test . Mais il est possible de programmer également des tests automatisés (réalisés en code).

Proxy : un ordinateur ou un module qui sert d’intermédiaire entre un navigateur Web et Internet. Le proxy participe à la sécurité et à la performance du réseau en sécurisant et améliorant l’accès à certaines pages Web.

Refonte : modifier totalement ou en partie un site internet ou une application.

Repository (ou « Repo ») : Entrepôt de code, gestionnaire de code source.

Serveur : ordinateur dont les données (fichiers) sont partagées en interne, via l’intranet (réseau interne d’une entreprise) ou l’extranet. Le serveur est relié au monde extérieur par internet. De nombreuses entreprises utilisent également des serveurs pour héberger et « servir » leurs sites Internet et leurs données d’applications (via une API, par exemple).

Scrum : Méthode de développement agile, animée par un ScrumMaster

Système d’exploitation : (SE ou OS en anglais) ensemble des programmes informatiques qui pilote les différents composants de l’appareil informatique (disque dur, écran, processeur, mémoire, etc…) et qui lui permet donc de fonctionner. Il gère également la mémoire, les supports de stockage et les droits d’accès des utilisateurs.

Tests unitaires (ou TU) : tests réalisés par du code (souvent avec des Frameworks dédiés). Il existe encore d’autres tests, exemples : test d’intégration, test de non-régression, test de performance, test de réception, test unitaire, test de validation.

Maintenant, vous êtes au point et les termes techniques du monde du web n’ont plus de secrets pour vous !

2 Comments
Laisser un commentaire